Quelques mots sur l'histoire de Yèvre-le-Châtel
.

1 - Un patrimoine chargé d'histoire

Grâce à un patrimoine historique et architectural qui attire chaque année plus de 100 000 visiteurs et le charme que chacun lui reconnaît, Yèvre-le-Châtel est classé parmi "Les plus beaux villages de France" (Yèvre-le-Châtel est le seul village du Loiret à être classé ainsi)

Avec ses remparts, son château aux quatre grosses tours saillantes, sa poterne, qui donne accès à la basse-cour, et les églises Saint-Gault et Saint-Lubin, Yèvre-le-Châtel constitue l'un des sites les plus remarquables de la région. Ce petit village, aux belles maisons construites avec le calcaire du pays, est dès le début de la saison estivale un lieu de promenade très prisé. Comment résister à l'attrait de ses petites rues ombragées et toujours très fleuries ? Elles vous conduisent près de l'ancien puits, sur la place du Bourg, ou au pont de Souville qui enjambe la Rimarde.

2 - La forteresse médiévale de Yèvre-le-Châtel

Construit au XIIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste, le château a la forme d'un losange flanqué de quatre tours saillantes.

Un chemin de ronde permet de circuler sur les courtines et, du haut des tours, on embrasse un vaste panorama sur la Beauce, le Gâtinais et les lisières de la forêt d'Orléans.

Dans la cour haute du château, des carrés médiévaux présentent plus de 150 plantes aromatiques et médicinales.

3 - L'église Saint-Lubin (Yèvre-le-Châtel)

Au XIIIè siècle, les habitants de Yèvre-le-Châtel obtiennent de l'évêque d'Orléans l'autorisation d'élever une église paroissiale dans le cimetière. Mais, à la suite de l'intervention des moines de Saint-Benoit-sur-Loire, l'évêque revint sur sa décision et les travaux furent interrompus.

Les travaux reprirent après la guerre de Cent ans mais l'église ne fut jamais achevée. De plus, en 1708, l'évêque autorisa la vente des pierres et des matériaux tombés sur le sol, si bien que Saint-Lubin fut à la fois inachevée et ruinée.

Le bâtiment, à nef unique de deux travées, est parfaitement homogène. L'édifice, en forme de croix latine, se termine par un chevet plat, caractéristique du 13è siècle.

Les vestiges romantiques de cette église firent l'admiration, au XIXe siècle, de Victor Hugo.

4 - L'église Saint-Gault (Yèvre-le-Châtel)

Fondée au XIe siècle, par des moines bretons fuyant l'invasion des normands, l'église Saint-Gault est située un peu en contrebas de la basse-cour du château.

Dotée au XIIIe siècle d'un bas-côté gothique, son accès par un portique de style ogival laisse supposer des remaniements.

5 - L'église Sainte-Brigide (Yèvre-la-Ville)

Dotée d'un clocher roman et de trois absides des XIe et XIIe siècles, l'église Sainte-Brigide a été profondément remaniée, notamment au XIXe siècle où elle fut dotée d'un porche d'entrée et d'une voûte intérieure réduisant les proportions de sa nef.

La vue sur le chevet de l'église depuis la vallée de la Rimarde est remarquable.

6 - La vallée de la Rimarde

La Rimarde traverse Yèvre et, à son confluent avec l'Oeuf, va donner naissance à l'Essonne.

Cette agréable rivière constituait, jusqu'à la Révolution, la frontière naturelle entre les évêchés de Sens et d'Orléans.

Aujourd'hui, elle marque la limite entre la Beauce et le Gâtinais.

Sur des parcours de 3 à 8 km, un chemin balisé permet de découvrir le patrimoine historique du village ainsi que la faune et la flore de cette vallée.